Ascenseur

L’ascenseur est une boîte de métal (ou de verre parfois) fermée. On peut s’y sentir enfermé. On peut même y déclencher une crise de claustrophobie (en cas de non visibilité sur l’extérieur) ou de vertige (en cas de visibilité, lorsqu’il est en verre). On peut également s’y sentir protégé.

Son fonctionnement est mécanique. Il évite un effort physique. Toutefois, le déplacement ne dépend pas que de nous. Comme en voiture, nous dépendons d’éléments externes. De ce fait, lorsqu’il tombe en panne, nous sommes empêchés de nous déplacer.

Dans un ascenseur, on choisi à quel étage on va. C’est un engagement passif. Mais, une fois l’étage choisi, nous devons attendre d’y être parvenu pour pouvoir prendre d’autres décisions. Au même titre que les moyens de transports passifs (avion, train, bateau, bus,…). Il nous faut assumer notre choix. Contrairement à l’escalier, qui permet une plus  grande liberté de mouvement au prix d’un effort physique. Attendez-vous une réponse suite à une action que vous avez entreprise ? En effet, nous ne voyons pas l’étage de destination avant que les portes s’ouvrent…

Il permet d’aller vers le haut ou vers le bas. Dans les rêves, cela s’interprète en terme de régression ou de progression. Sommes-nous en train de nous élever personnellement, socialement ? En avons-nous envie ou peur ? De quel stade (étage) partez-vous ? A quel stade (étage) voulez-vous/avez-vous peur d’aller ? Cela s’interprète également en terme d’introspection ou d’exploration. Y a-t-il du ménage à faire à la cave (votre inconscient) ? Chaque étage peut avoir sa signification. Le rez-de-chaussée par exemple est l’étage partagé avec tout le monde, qui permet d’accéder à l’extérieur. Le 1er étage pourrait être celui d’un premier stade d’évolution d’un projet que vous avez en cours.

L’ascenseur a une dimension sociale. En règle générale, nous partageons l’ascenseur avec des personnes que nous n’avons pas nécessairement choisies (à moins de disposer d’un ascenseur personnel). Et cela requiert une certaine patience car tout le monde ne se rend pas au même étage. Nous avons tous en tête un exemple de ce type : grands magasins, hôpitaux, administrations, lieu de travail, etc. Seriez-vous bloqué dans votre ascension par celle des autres ? Ou au contraire, un groom faciliterait votre accès à l’étage souhaité ?

Nous ne sommes pas seuls dans un ascenseur et l’on y reste suffisamment de temps pour y être scruté, détaillé, puisqu’il n’y a rien d’autre à faire en attendant d’être parvenu à destination. Trop exiguës, ses dimensions ne respectent pas l’espace intime minimum (1 mètre). D’où un sentiment d’étouffement parfois. Auriez-vous le sentiment que votre intimité n’est pas respectée, dans le cadre évolution personnelle, professionnelle ?

Son fonctionnement mécanique nous fait gagner du temps en théorie mais génère de la frustration. Vivez-vous une situation en apparence confortable mais qui vous étouffe. Une routine installée dans votre vie ?

Partagez cet article sur vos réseaux !

Retour en haut